vendredi 11 novembre 2011

Antigone, Jean Anouilh

       Lecture cursive qui pour une fois se trouvait dans ma Wish-List ! J'ai pu en profiter pour découvrir cette tragédie.

Quelques mots sur l'auteur:

Jean Anouilh (1910- 1987) d'origine française est né d'un père tailleur et d'une mère pianiste.
C'est très jeune qu'il découvre les grands auteurs classiques tels que: Molière, Marivaux et Musset. Son premier succès fut la pièce l'Hermine (1932). En 1933 sa pièce Mandarine fut un échec comme Y avait un prisonnier (1935).
En 1941, pendant l'occupation,  il continue d'écrire. Il ne prend position ni pour la collaboration ni pour la résistance. En 1942, il écrit Antigone. La première représentation théâtrale de celle-ci eu lieu en 1944.
A la suite de sa pièce La Grotte (1961) qui fut un échec il décida de se tourner vers la mise en scène.
En 1987, il mourut.

Antigone
Editions: La Table Ronde (la petite vermillon)/123 pages


L'Antigone de Sophocle, lue et relue et que je connaissais par cœur depuis toujours, a été un choc soudain pour moi pendant la guerre, le jour des petites affiches rouges. Je l'ai réécrite à ma façon, avec la résonance de la tragédie que nous étions alors en train de vivre.

      Ce livre raconte l'histoire tragique d'Antigone. Depuis les première lignes du prologue  on connaît le destin qui l'attend:"Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimée vivre." ce procédé nous rend impuissant pendant toute la pièce, nous sommes justes des spectateurs. Chaque personnage nous est présenté: Ismène, la sœur d'Antigone, Créon: l'Empereur, Hémon, l'amant d'Antigone et les gardes qui ont un rôle important. Le contexte nous est aussi exposé. Après un combat entre les deux frères d'Antigone, l'un est est enterré, il bénéficie d'une cérémonie tandis que l'autre est laissé sur le sol aux yeux de tous, humilié. Antigone décide de recouvrir le corps de son frère. Et c'est ainsi que tout le processus se met en marche.
Chaque personnage va essayer de dissuader Antigone de commettre cet acte, mais celle-ci  va lutter.
Antigone est entêtée, jusqu'au bout elle va s'armer de courage pour faire face à sa propre mort.
Elle ne veut pas réfléchir car elle a fait son choix et qu'elle a peur de changer d'avis.

     " Vous me dégoutez tous avec votre bonheur! Avec votre vie qu'il faut aimer coûte que coûte... Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau, si j'ai été bien sage." ~Antigone~

     J'ai vraiment aimé cette œuvre, elle m'a beaucoup touchée. L'écriture de Jean Anouilh avec notamment la conservation du prologue comme dans l'antiquité était une bonne idée, elle permet de mieux comprendre les sentiments des personnages et par ce biais le lecteur est lui aussi submergé par les sentiments.

2 commentaires:

  1. j'ai également adorée ...
    "Comprendre, toujours comprendre, moi je ne veux pas comprendre !"

    RépondreSupprimer